Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901)

Panneau pour la baraque de la Goulue, à la Foire du Trône à Paris

1895

Dans une continuité radicale avec son travail de lithographies se déployant sous forme d'affiches dans les rues, Toulouse-Lautrec accepte de réaliser deux panneaux décoratifs monumentaux pour la Goulue, célèbre danseuse de cabaret qui souhaite se produire dans une baraque installée à la foire du Trône.

Par fidélité envers cette star en déclin du Moulin-Rouge qu'il a représentée à plusieurs reprises au temps de sa gloire, il réalise une oeuvre exposée aux intempéries et sauvée d'un destin éphémère grâce à son acquisition en 1900 par le collectionneur Viau.

La Danse au Moulin-Rouge, la Goulue et Valentin le Désossé (panneau de gauche) est un souvenir des numéros de danses acrobatiques et endiablées qui avaient fait la célébrité de la danseuse et de son partenaire. A l'arrière apparaissent des hauts représentants de cette vie nocturne, comme Jane Avril sous un chapeau à plumes.

La Danse mauresque (panneau de droite) évoque le spectacle de la danse du ventre, librement inspiré des chorégraphies orientales, proposé par la Goulue à l'intérieur de sa baraque. L'assistance, placée dans une perspective audacieuse au premier plan, se compose d'amis de Toulouse-Lautrec comme Oscar Wilde, de dos, ou le célèbre critique et soutien Félix Fénéon, dans l'angle inférieur droit. L'artiste se représente lui-même dans ce public haut en couleur.

Huile sur toile

H. 298 ; L. 316 cm

©RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR